BCU inaugure la toute première radio pour agriculteurs

BCU inaugure la toute première radio pour agriculteurs

Start a dialogue!

Dans la sous-région de Bugisu, dans l’est de l’Ouganda, l’alphabétisation reste un obstacle important au développement. Ici, la radio peut atteindre un grand nombre de pauvres car elle est abordable et utilise peu d’électricité. C’est pourquoi Bugisu Cooperative Union (BCU) s’est tournée vers la radio.

BCU est une fédération coopérative agricole ougandaise créée en juillet 1954. Basée dans la ville de Mbale, dans l’est de l’Ouganda, cette coopérative a été créée par un groupe de caféiculteurs dirigé par le défunt EV. Samson Kitutu. Au fil du temps, elle a prospéré en favorisant l’unité dans la région, en commercialisant, en défendant et en groupant les produits au nom des producteurs de café de Bugisu. Le 9 octobre 2019, la radio BCU était entendue sur les ondes sur la fréquence 100.6 FM. Leur émission couvre les deux tiers des régions de l’Est et du Centre, y compris les ménages de Masabaland.

La majorité des programmes sont diffusés en Lumasaba, la langue préférée des habitants de cette région. Quelques programmes sont également diffusés en luganda et en anglais. Actuellement, la coopérative est dirigée par l’hononorable Nathan Nandala Mafabi qui fait également office de député représentant Budadiri West dans le district de Sironko. « La radio va maintenant être le véhicule ultime de diffusion et de mobilisation pour les agriculteurs syndiqués parce que c’est la leur », a déclaré Nandala. Il estime en outre que la coopérative déjà forte ne fera que se renforcer avec l’arrivée de la radio.

John Musila dit que l’ouverture de la station de radio pour le syndicat était une priorité pour les agriculteurs. « La décision de créer cette radio émane du désir de mettre à la disposition des agriculteurs de Bugisu et de nos voisins des émissions informatives et éducatives pour les agriculteurs », a-t-il déclaré. Il a ajouté: « Nous voulons qu’ils [les agriculteurs et les entreprises] sachent que c’est leur radio, ce qui signifie essentiellement que tout soutien sous forme de publicités, d’annonces et sponsoring pour des talk-shows commerciaux, rendra la radio BCU encore plus forte. »

  1. Musila, qui fait également office de chef du district LCV de Manafwa, dit que bien que la région compte déjà plus de 15 stations de radio opérationnelles, BCU Radio se distinguera par quelques principes, parmi lesquels: l’appropriation, la gestion et la participation de la communauté d’agriculteurs.

Améliorer l’efficience des services de vulgarisation, d’éducation et de communication parmi ses membres sont quelques-unes des stratégies clés que la coopérative attend de sa nouvelle radio, pour soutenir la croissance agricole, renforcer la sécurité alimentaire et lutter contre la faim et la malnutrition dans la région. Pour les opérations radio, James Kutosi a fait allusion au fait que le projet radio est perçu comme une bénédiction pour la vie tant par les agriculteurs que par l’office.

«Nous avons également dépensé beaucoup d’argent pour d’autres radios commerciales, dans des activités de mobilisation et d’éducation, mais maintenant que nous avons notre propre [station de radio], nous n’aurons plus à dépenser une somme colossale, contractant plus de 10 radios pour passer le même massage à nos agriculteurs », a déclaré M. Kutosi. Il a poursuivi: «Ce sera une exigence pour nos agriculteurs d’écouter toujours la radio BCU pour toutes les communications officielles du syndicat, contrairement au passé où chacun écoutait la radio de son choix.»

Selon M. Kutosi, BCU dépensait environ UGX. 150 millions par an sur les radios, journaux et télévisions locales pour les activités de mobilisation, un montant qui, selon lui, sera désormais minimisé par l’existence de BCU Radio. Julius Musungu, un agriculteur du district de Manafwa, dit qu’ils s’attendent à ce que la radio soit la voix des agriculteurs et puisse inspirer les agriculteurs à observer les conditions météorologiques.

L’éducation des agriculteurs par la radio sera une autre perspective clé pour une production de café de qualité, car la récolte a longtemps été le facteur d’unité au Masabaland, selon Musungu. « Je suppose que la radio offrira des opportunités d’emploi à certains de nos enfants qui finiront par faire des études en journalisme et communication de masse au niveau universitaire « , a déclaré M. Musungu.

La majorité des agriculteurs de la BCU ont accueilli leur nouvelle station de radio avec l’espoir qu’elle fournisse une voix proactive dédiée à la communauté des agriculteurs, constituée majoritairement des producteurs et des distributeurs de café en milieu rural. L’auditoire est déjà en train de se développer pour la radio BCU, qui a également réussi à attirer la majorité des personnalités radio les plus établies de Bugisu. Elle compte maintenant plus de 15 membres du personnel, y compris l’équipe d’appui et un certain nombre de présentateurs expérimentés. Il ressort clairement de leur première programmation que BCU Radio est une station qui répond aux intérêts de la fraternité agricole et commerciale.

Leur contenu est de plus en plus populaire auprès d’un public local, qui est souvent négligé par d’autres stations. John K, l’un des cadres supérieurs, a déclaré: «C’est une radio vraiment populaire qui perçoit les auditeurs non seulement comme des récepteurs et des consommateurs, mais aussi comme des citoyens actifs et des producteurs créatifs de contenu médiatique. Ce sont eux qui décident de ce qui devrait être diffusé et l’heure de diffusion.» Leur programmation comprend des émissions en matinée intitulées Inyukha Hasi et Coffee Tree. Un autre programme pour les agriculteurs s’appelle Imbago Y’omulimi, qui se traduit librement comme ‘la houe de l’agriculteur’. Il y a aussi un spectacle sportif de la médaille d’or, entre autres.

John K explique comment ils essaient d’inclure les voix des agriculteurs. Il a déclaré: « Nous avons décidé de consacrer une émission de deux heures aux reportages et aux vox-pops.… C’est ce que nous appelons un moyen de communication inclusif à double sens. »

Javier Silas Omagor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *