Des réussites d’un petit exploitant Zimbabwéen

Des réussites d’un petit exploitant Zimbabwéen

Start a dialogue!

Le 20 décembre 2017, l’Assemblée générale des Nations Unies (ONU) a adopté une résolution déclarant que les années 2019 à 2028 seraient la Décennie de l’agriculture familiale. Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la Décennie de l’agriculture familiale visera à se concentrer systématiquement sur des questions transversales et multidimensionnelles qui préoccupent les petits exploitants.

L’agriculture familiale est généralement considérée comme un type d’agriculture dans le cadre duquel une famille possède et gère des terres héritées, en particulier dans le contexte africain. Il est toutefois regrettable que, de la même manière que le commerce informel, l’impact et la contribution de l’agriculture familiale à la sécurité alimentaire ont été sous-estimés au détriment du type d’exploitation plus viable sur le plan commercial. À un moment où l’ONU se concentre sur la réalisation des objectifs énoncés dans les 17 objectifs de développement durable (ODD), il est essentiel que les États membres de l’ONU mettent en œuvre des systèmes et des politiques pour soutenir l’agriculture familiale et sa contribution à l’appel à l’action pour mettre un terme à la pauvreté et la faim.

Une évaluation de l’impact de l’agriculture familiale dans les zones rurales indique que les exploitations familiales sont désormais reconnues comme contribuant non seulement à la sécurité alimentaire, mais également à la création d’emplois pour les jeunes. Au Zimbabwe, un petit exploitant qui contribue à la sécurité alimentaire et change des vies dans sa communauté s’appelle James Kurauone Mutasa. Il est du village de Ndorikanda dans le district de Mutasa, dans la ville de Mutare.

Au moment où il hérite de sa ferme de ses parents et commence l’agriculture familiale en 2013, l’objectif principal de Mutasa est de labourer la terre de manière à fournir à sa famille un régime alimentaire nutritif et équilibré. «Au moment où j’ai commencé l’agriculture familiale, ma priorité était de fournir un régime alimentaire équilibré à ma famille. Cela m’a permis de planter diverses cultures telles que des légumes verts, du haricot, des oignons, tomates, patates douces, y compris la betterave et la laitue qui ne sont pas cultivées traditionnellement dans les zones rurales, car je cherchais à cibler les enseignants de ma région », a déclaré Mutasa.

Au cours des heures supplémentaires, Mutasa a commencé à tirer un profit des récoltes qu’il produisait et à son tour a commencé à commercialiser la ferme familiale. Actuellement, 90% de ce que Mutasa produit à des fins commerciales est consommé par les villageois de Ndorikanda, les 10% restants étant achetés par ceux qui souhaitent revendre, notamment des particuliers et des grands supermarchés tels que Spar et Manica Produce tous basés dans la ville de Mutare lui a permis de contribuer à la création d’emplois pour les jeunes, à l’approvisionnement en nourriture des villageois de Ndorikanda et, sur le plan personnel, à l’amélioration de son niveau de vie.

Malgré les résultats positifs susmentionnés obtenus par le biais de la ferme familiale, Mutasa est confrontée à un certain nombre de défis. « Dans la mesure où la ferme familiale fonctionne bien, je suis confronté à un certain nombre de défis. Par exemple, nous avons des problèmes d’eau, les intrants sont coûteux et il n’existe pas de facilités de crédit auprès des banques, ni de liens avec les marchés d’exportation », a déclaré Mutasa. Il a ensuite ajouté:« Comme les intrants sont chers, je n’achète pas certains produits chimiques nécessaires au déparasitage. En fin de compte, cela compromet la qualité de mon rendement ».

Selon Mutasa, le village de Ndorikanda n’a pas d’agriculteurs commerciaux, raison pour laquelle les les petits exploitants ont non seulement la responsabilité d’alimenter la communauté, mais également de la faire vivre. Cependant, malgré tout ce que font les petits exploitants, Mutasa estime que le gouvernement du Zimbabwe n’a pas fait grand chose pour les soutenir et les autonomiser.

«Nous avons réussi à établir des liens avec des agences gouvernementales telles qu’Agritex et l’Agence de gestion de l’environnement (EMA) sur des questions liées à l’obtention du savoir-faire en matière de protection de l’environnement et de pratiques agricoles durables. Le gouvernement a également lancé un projet à long terme pour résoudre les problèmes liés à l’eau, mais la manière et le rythme de mise en œuvre sont lents », a déclaré Mutasa.

Dans le cadre du projet mentionné par Mutasa, le gouvernement a installé des réservoirs d’eau de 500 000 litres dans les quartiers 11 et 17 du village de Ndorikanda, en exploitant les ressources en eau de la rivière Pungwe, qui fournit de l’eau à la ville de Mutare.

«Malgré le projet d’approvisionnement en eau du gouvernement, dans le quartier 24 où je réside, nous n’avons actuellement pas de réservoir d’eau, car le projet est mis en œuvre par étapes. Je pense que le gouvernement doit effectuer un certain nombre d’interventions afin d’aider et d’encourager les petits exploitants à faire face à la myriade de défis auxquels ils sont confrontés. Par exemple, le gouvernement devrait nous doter des compétences nécessaires pour exploiter l’eau, y compris l’installation de barrages et des réservoirs, afin que nous puissions stocker de l’eau pour l’irrigation », a déclaré Mutasa.

Mutasa a également appelé le Ministère des Petites et Moyennes Entreprises à faciliter la création de marchés d’exportation pour les petits exploitants, car ceux-ci sont mieux rémunérés et constituent une alternative lorsque les marchés sont inondés de produits et que les prix à la production sont au plus bas. « Les marchés sont parfois inondés et on n’a alors nulle part où vendre nos produits. Pendant la période de pointe, vous pouvez vendre une caisse de tomates au prix de 60 $ et lorsque le marché est inondé, vous vendez la même caisse à un prix aussi bas que $, ce qui entraîne des pertes. Donc, si le gouvernement nous relie aux marchés d’exportation, nous pourrions identifier des marchés alternatifs pour la vente de nos produits », a déclaré Mutasa.

Mutasa a toutefois exprimé sa gratitude aux organisations internationales telles que Plan International qui ont sécurisé des jardins des coopératives, réparé les systèmes de drainage et installé des barrages pour faciliter l’approvisionnement en eau. Une autre organisation, qui prend la forme d’un programme de donateurs pour le développement communautaire, le Nhaka African Worldview Trust, a installé une conduite d’eau en polyéthylène reliant la rivière Marira, située dans le district de Mutasa, au Centre de ressources de Nhaka. «Le tuyau qui a été installé par Nhaka African Worldview Trust nous a grandement aidés en nous permettant de capter l’eau pour l’utiliser dans notre ferme familiale» a déclaré Mutasa.

Alors que l’ONU lance la Décennie de l’agriculture familiale, il est nécessaire que les États membres réfléchissent et élaborent des mécanismes et des outils pour soutenir le développement de l’agriculture familiale. En cherchant à promouvoir le développement de l’agriculture familiale, il est également important d’utiliser des outils de communication tels que la radio communautaire et les médias sociaux pour diffuser les meilleures pratiques agricoles et renforcer la voix de l’agriculteur familial afin qu’il soit en mesure de débattre des questions relatives à leurs expériences vécues.

La Décennie des Nations Unies pour l’agriculture familiale sera officiellement lancée le mercredi 29 mai 2019 au siège de la FAO à Rome, en Italie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *