Un député encourage l’engagement des jeunes en agriculture par la radio

Un député encourage l’engagement des jeunes en agriculture par la radio

Start a dialogue!

La Radio Medumba est une radio rurale située dans l’arrondissement de Bangangté, département du Ndé, région de l’Ouest Cameroun. Créée en Aout 2000, elle a fait du monde rural son cheval de bataille avec le slogan est ‘la chaine de proximité au service du développement local’. L’agriculture occupe une place de choix dans sa grille. Depuis sa création, elle consacre deux heures de temps par semaine aux émissions agricoles présentées en langue Française et en langue Medumba, la langue locale. Ces émissions sont présentées par deux jeunes Agents de l’Etat, diplômés d’une école d’agriculture. Ils ont décidés volontairement de partager leurs connaissances avec les agriculteurs et agricultrices très nombreux dans la zone.

Au départ ces émissions étaient produites uniquement en studio mais par la suite il été décidé de délocalisé une édition dans la plantation chaque semaine. L’autre édition produite en studio permet aux auditeurs de partager leurs expériences et de poser des questions sur la pratique de l’agriculture. Cette émission a pris tellement de l’ampleur qu’un groupe de jeunes diplômé de l’enseignement supérieur mais exerçant comme transporteurs par moto, a crée un Groupe d’Initiative Commune et sollicité l’aide des deux animateurs de l’émission agricole pour la création et le suivi de leur champ communautaire. Ils recherchaient aussi le financement car ils disposaient déjà de 12 hectares de terre que l’un des membres du groupe a acquis par héritage et qui jusqu’alors n’était pas exploité.

C’est ainsi que le l’Honorable Ngassam Thérèse, Député à l’Assemblée Nationale du Cameroun et fidèle auditrice de la Radio Medumba entre en scène. Elle décide de regrouper et appuyer ces jeunes dans le cadre des microprojets parlementaire. Il s’agit des fonds régulièrement mis à la disposition des députés par l’Assemblée Nationale pour faciliter la réalisation des petits projets pour le bien être de leurs communautés. Une réunion regroupant toutes les parties prenantes en Septembre 2017, a permis l’enrichissement et la finalisation du projet avec une étude de faisabilité. Ils ont pris connaissance du terrain et identifiés les types de cultures pouvant y êtres rentables. L’espace sera ainsi divisé en trois. Une première partie pour la culture du cacao, une deuxième pour le bananier plantain et une troisième pour le maïs et le manioc. A chaque étape, compte rendu était fait dans l’émission agricole.

Dès janvier 2018, ils se sont lancés dans la préparation du champ et la recherche des semences améliorées. Avant les premières pluies en mars, le champ était prêt et les semences disponibles ont étés mises au sol. Au mois de juillet les premières récoltes de maïs ont eu lieu. Ces jeunes ont décidé d’écouler ces produits sur le marché local d’abord avant de s’étendre plus tard sur les autres marchés de la région et du pays. Les informations sur la disponibilité des produits ont étés diffusées à la radio. Ayant bénéficié de la subvention, le prix pratiqué était légèrement en baisse par rapport aux prix de ces mêmes produits sur le marché local. Les commerçants informés s’organisaient  souvent pour aller acheter les produits directement au champ.

A ce jour le projet a véritablement prit corps et cet exemple est cité dans les discours des autorités et des élites à l’occasion des grandes cérémonies. Conscient de ce que c’est grâce à Radio Medumba qu’ils ont décollé, ces jeunes du GIC PROMABADA ont décidé d’accorder un appui en soutien à la diversification des émissions agricoles afin qu’elles puissent être diffusées le plus longtemps possible.

Le Gic a remporté le premier prix de manioc au comice agropastoral régional de l’Ouest à Bafoussam et le député dira: « c’est le plus beau cadeau que la jeunesse m’a offert pendant mon mandat… , je suis contente d’avoir posé des actes qui resteront à jamais gravé dans la mémoire de certaines familles, bref des populations du département du Ndé en général qui désormais ne manquent plus de maïs pour la consommation et pour l’élevage, le manioc pour le couscous, le tapioca etc. et bientôt le cacao.»

Mme TCHOUNGA Ide Carine est auteure de cette contribution. Elle est Chef de Station de Radio Medumba à Bangangté dans la région de l’Ouest.

Un commentaire


  1. La radio est un outil de développement extraordinaire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *